Archives de catégorie : Non classé

Avec le beau temps, la Libellule déprimée émerge de nos mares !

Libellula depressa mâle (© S. Varizat)

Libellula depressa ou aussi appelée libellule déprimée, est une libellule très commune en France. On la trouve près des eaux calmes et ensoleillées, particulièrement aux mois de mai et de juin mais elle est observable jusqu’à septembre.

Son nom lui vient de son abdomen reconnaissable par sa largeur et son aspect aplati. Les mâles, à l’abdomen bleu clair, sont territoriaux et gardent jalousement le point d’eau dans lequel ils ont élu domicile. Les femelles, elles, possèdent un corps jaune. Attention cependant, les jeunes libellules immatures ressemblent à la femelle quels que soient leur sexe !

Cette libellule est très endurante et est capable de voler loin de son lieu de naissance, il n’est donc pas rare de les observer à bonne distance des points d’eau habituels.

 

(Merci à Line pour son article! )

Un mirage double de l’Ile de Ré observé depuis le Veillon

Jack nous envoie cette photo prise lundi 21 aout 2017 à 19 heures depuis l’anse de la république près du Veillon

Autant il est classique de voir l’ile de Ré à l’horizon à l’approche de dépressions (donc annonciatrice de mauvais temps) à cause d’un phénomène type mirage simple comme dans les déserts, autant le phénomène observé à la fin de cette chaude journée d’été lundi soir est exceptionnel. En effet il s’agit d’un mirage double, appelé aussi « Fata Morgana ». Ce mirage fait apparaitre des formes étranges, type falaises ou colonnes de temples.

Son nom vient du XI ème siècle où il a donné naissance à des légendes d’apparitions étranges et fabuleuses. Il est produit par la réflexion de la lumière, ici de l’image de la côte de l’ile de Ré et du phare des baleines, sur des couches d’air de températures différentes. C’est le plus complexe des mirages, à cause de l’empilement de plusieurs couches d’air chaud et froid qui se superposent sans se mélanger, car le sol de l’ile s’échauffe beaucoup plus vite que l’eau de la mer.

Randonnée Découverte de la pointe du Payré

    

Vous étiez 75 à découvrir la côte littoral de la pointe du Payré ! Merci à vous pour ce record d’affluence qui conclut de la plus belle des manières les animations de juillet.

Je vous donne rendez-vous jeudi prochain pour le début du deuxième cycle des « randonnées découvertes » avec la découverte des alentours du bois du Veillon.

Merci à vous et à la semaine prochaine.

L’enracinement du Pin maritime

Les Sentinelles présentes lors de la randonnée autour du bois du Veillon ont pu observer les restes de Pins maritimes coté nord de l’estuaire du Payré.

Les tempêtes successives couplées aux grandes marées ont eu raison de ces arbres qui désormais laissent apparaitre leur système racinaire. Leur enracinement d’abord plongeant puis traçant couvre un large volume de sable et donc maintient les dunes. C’est notamment pour cette raison que le Pin maritime fut largement planté dans les Landes de Gascogne au XIX ème siècle.

Cet arbre témoigne également du fait que la dune, à ce niveau de l’estuaire, a reculé d’une dizaine de mètres en quelques années.