Archives de catégorie : Chemins

Randonnée découverte du Port Juré au bois de Saint-Jean

 

C’est encore une fois sous un beau soleil que les sentinelles se sont retrouvées le vendredi 15 février pour une randonnée découverte depuis Port Juré jusqu’au bois Saint Jean. Présentée par Jack Guichard, cette promenade a de nouveau été l’occasion de se plonger dans l’histoire de la côte vendéenne.

A la marée descendante, nous avons pu observer les madriers datant du Xème et XIIème siècles émergeant du sol de la baie de Cayola, témoins de l’ancien ponton du port Juré par lequel le roi Richard Cœur de Lion accostait pour se rendre dans sa résidence de La salle Roy.

Un peu plus tard sur notre chemin, en arrivant au niveau de l’anse aux moines, nous avons pu déceler les vestiges des écluses à poissons construites par les moines de l’Abbaye de Saint Jean d’Orbestier en 1107.

Pour terminer en douceur cette balade, nous avons traversé le Bois Saint Jean et sa végétation majoritairement constitué de chênes verts.

Si vous avez manqué cette sortie, ce circuit et bien d’autres seront de nouveau proposés plus tard dans l’année. Vous pouvez déjà trouver le planning prévisionnel de toutes les prochaines sorties et animations dans la rubrique programme du site.

Sortie découverte de Port Bourgenay à la Mine

Lundi 21 janvier 2019, les sentinelles sont parties à la découverte du littoral depuis port Bourgenay jusqu’à la Mine par le chemin des douaniers.

  Menées par Jack Guichard et sous un beau soleil, les sentinelles ont voyagé au travers de l’histoire de la côte en passant par la statue de la « Dame » de Bourgenay, le blockhaus de la seconde guerre mondiale et enfin par la mine de plomb et d’argents des Sarts exploitée au 18ème siècle.

 

Le chemin des douaniers, longeant le littoral, nous a permis de découvrir un paysage et une flore façonnés par les vents et marées.

 

 

Le retour par le Bois de la Mine a offert un décor et une diversité d’habitat complètement différents.

 

Merci à Johny Lenormand et Robert Barzic pour les photos.

Repérage des plantes invasives dans les dunes de la Guittière

Le lundi 26 novembre 2018, les Sentinelles sont allées repérer les principales plantes invasives dans les dunes de la Guittière avec l’aide de Philippe Levé. Une première session théorique avait été organisée le 25 mai 2018 pour nous présenter la flore de Vendée que nous pouvons rencontrer autour de nous. Cette session a pu être mise en pratique lundi dernier, en repérant les principales plantes invasives directement sur le terrain.

Philippe Levé, saunier dans les marais de la Guittière, est un très bon botaniste qui effectue des relevés de plantes invasives sur le territoire. Il nous a présenté les plantes concernées encore visibles à cette saison, lors d’une randonnée dans les dunes, sous un grand ciel bleu !

  

Repérage des plantes invasives avec Philippe Levé (gauche) ; Yucca superbe (droite) ©Johny Lenormand

  

Griffe de sorcière (gauche) ©Sophie Sarton du Jonchay ; Séneçon en arbre (droite) ©Johny Lenormand

 

Vous pouvez également participer à l’inventaire de ces plantes invasives et ainsi aider à les recenser en remplissant le formulaire ci-joint. Une fois rempli, merci de le renvoyer par mail à Philippe Levé (l’adresse mail indiquée dans le document) ; vous pouvez aussi joindre des photos.

Afin de vous aider dans vos identifications, des fiches par plante invasive (parmi les plus courantes sur le territoire) sont mises en ligne dans la rubrique documents.

Voici les 4 plantes principales avérées :

  • Baccharis hamilifolia, appelé plus communément le Séneçon en arbre
  • Cortaderia selloana, ou l’Herbe de la Pampa
  • Robinia pseudoacacia, ou le Robinier faux-acacia
  • Ludwigia peploides, la Jussie rampante, la seule espèce invasive interdite à la vente en France.

Et les 3 potentielles, dont il faut faire attention à la dissémination :

 

Vous pouvez également nous faire part de votre « découverte » en nous envoyant des informations et des photos par mail à sentinelle@estuaire.net. Nous pourrons ainsi proposer des opérations « coup de poing » d’arrachage sur certaines zones.

Merci par avance pour votre participation !

Fabrication des pièges à chenille processionnaire

Les chenilles processionnaires sont présentes dans l’estuaire du Payré et notamment dans la dune du Port de la Guittière, ce qui pose des problèmes sanitaires pour l’homme et les animaux. Les jeudi 18 et vendredi 19 octobre, les Sentinelles se sont retrouvées pour fabriquer des éco-pièges à chenille. Cet atelier nous a permis de réaliser en tout, 30 éco-pièges. Vous pouvez retrouver le protocole et le matériel utilisé en cliquant ici. Ce protocole peut être facilement adapté et modifié pour d’autres matériaux.

Ayant déjà commencé à observer des processions de chenilles, nous avons décidé de poser une partie des pièges immédiatement. Nous en avons donc posé 10 dans les dunes du Port de la Guittière, sur les pins noirs infestés de nids.

 

Merci à Jack Guichard pour les photos

Ces pièges resteront en place jusqu’à fin avril 2019, lorsque les chenilles auront toutes migré vers le sol et se seront fait prendre au piège. Les sacs seront alors récupérés et les chenilles éliminées.

Nous vous attendons le lundi 5 novembre à 14h30 pour poser 15 pièges supplémentaires dans les dunes.

 

Si vous avez des questions concernant cet atelier, la fabrication des pièges ou les chenilles processionnaires, n’hésitez pas à nous contacter par mail à sentinelle@estuaire.net ou par téléphone au 02-51-20-74-85.

A la découverte des libellules !

Lundi 20 août, une sortie naturaliste a été organisée par le Groupe Associatif Estuaire sur le thème des libellules. Alison et Mathilde ont pu présenter au grand public les différentes espèces de libellules présentes autour du lavoir de Saint-Hilaire La Forêt.

Filets ou appareils photos : à chacun sa façon de profiter de cette matinée d’observation. L’animation était ponctuée d’explications sur le cycle de vie des libellules, mais également sur les méthodes afin de reconnaître les espèces.

Libellules et demoiselles étaient au rendez-vous pour illustrer les explications, et pour permettre aux photographes amateurs, la réalisation de clichés dans un cadre naturel et paisible. Des agrions bleus aux Sympetrum, l’étang détient des merveilles cachées, accessibles à celui qui sait les observer…

Merci à Mathilde pour son article

La piéride de l’Aubépine, ou le « Gazé »

Un Gazé sur un Trifolium pratense © S. Varizat

Le Gazé ou Aporia Crataegi tire son nom de l’aspect de ses ailes qui ressemblent à de la gaze, une étoffe légère, ajourée et transparente. Aussi appelée Piéride de l’aubépine du fait que les chenilles vivent en groupe sur l’Aubépine, le Prunellier ainsi que sur divers arbres fruitiers, elles passent l’hiver en société sous une toile de soie. Avec une envergure de 58 à 66 mm, il est l’une des plus grande Piérides de France avec la Piéride du Chou.

Il se reconnaît facilement par l’absence totale de dessins alaires, le bout des antennes blanches, ainsi qu’à ses nervures noires. La femelle est plus terne que le mâle, avec les ailes antérieures plus translucides.

Le gazé ne donne qu’une seule génération annuelle, s’étalant de Mai à Juillet. Autrefois très commun, et souvent nuisible aux vergers, le Gazé tend de nos jours à se raréfier. Certes ce papillon est connu pour ses déconcertantes fluctuations d’effectifs, au point de pouvoir devenir introuvable là où il abondait, et de réapparaître là où il avait disparu, mais les causes majeures de sa régression ne lui sont pas spécifiques car elles touchent et impactent l’ensemble de notre entomofaune (pesticides, urbanisation, pollutions, pratiques agricoles et forestières, etc.).

 

Merci à Yanick pour son article!

Conférence « Découverte des projets odonates et rhopalocères du GAE »

Lundi dernier, les Sentinelles de l’Estuaire ont assisté à une conférence portant sur les libellules et les papillons de Vendée, présentée par Line et Yanick.

Line captivant le public très attentif

Depuis plusieurs années, le Groupe Associatif Estuaire réalise des études sur les odonates (libellules et demoiselles) et les Rhopalocères (papillons de « jour »). Ces insectes fragiles sont de très bons indicateurs de la qualité d’un milieu.

Line, stagiaire au groupe associatif, nous a tout d’abord fait découvrir les odonates de la région, le protocole pour les observer ainsi que leur importance pour la gestion et la conservation des mares. La conférence continua ensuite sur une présentation des Rhopalocères exposée par Yanick, également stagiaire au groupe associatif.

Dans un second temps, les Sentinelles ont pu tester leur dextérité et appliquer ce qu’ils ont appris, à travers une chasse aux libellules et aux papillons aux abords de la mare à côté du local de l’association.

Merci à eux pour leur présentation et leur écoute !!

Les Sentinelles partent à la chasse aux papillons et aux libellules

Observation d’un Magnolia jortina

 

Merci à Gaëlle pour son article !

Conférence du 25 mai 2018, découverte des plantes invasives de Vendée

Vendredi dernier, Philippe Levé nous a présenté les différentes plantes invasives de Vendée, à la Salorge de la Guittière.

Les Sentinelles, passionnées par les explications de Philippe Levé.

Philippe Levé, saulnier dans les marais de la Guittière mais également très bon botaniste, effectue des relevés de plantes invasives sur le territoire. Il nous a donc présenté les différentes plantes que nous pouvons rencontrer autour de nous, voire dans notre jardin (car pour la plupart d’entre elles, elles s’en s’ont échappées), qu’elles soient invasives avérées, potentielles ou à surveiller.

En voici les 4 principales (avérées), dont il faut faire attention à la dissémination :

  • Le Baccharis hamilifolia, appelé plus communément le Sénéçon en arbre.
  • Cortaderia selloana, ou l’Herbe de la Pampa.
  • Ludwigia peploides, la Jussie rampante, la seule espèce invasive interdite à la vente en France.
  • Fallopia japonica, ou Renouée du Japon.

Vous pouvez participer à l’inventaire des ces plantes invasives et ainsi aider à les recenser en remplissant le formulaire ci-joint. Une fois rempli, merci de le renvoyer par mail à Philippe Levé (l’adresse mail est donnée dans le document).

Vous pouvez également nous faire part de votre « découverte » en nous envoyant des informations et des photos par mail. Nous pourrons ainsi proposer des opérations « coup de poing » d’arrachage sur certaines zones.

Afin de vous aider dans les identifications des plantes, des fiches par plante invasive les plus courantes sur le territoire seront bientôt mises en ligne.

Merci par avance pour votre participation!

 

Signalement d’un sentier non sécurisé

Un sentier non sécurisé nous a été signalé  par Jacques le 19 février. Il s’agit d’une barrière éventrée qui laisse libre passage sur la falaise, à 500 mètres environ de la plage de la mine en direction du Porteau.

Barrière cassée laissant libre accès à la falaise. © J.Michaud

Nous avons donc prévenu les services techniques de la mairie qui vont à leur tour prévenir les services de la voirie en charge de la sécurisation du sentier des douaniers sur la commune.

Des chenilles en proccession

Ce jeudi matin a eu lieu la pose des éco-pièges à chenilles processionnaires du pin dans la dune du port de la Guittière. Et il était temps !

En effet, sur le chemin les Sentinelles ont croisé des chenilles déjà descendues de leur nid.

Ne les approchez pas de trop près, leurs poils urticants sont très volatils et provoquent d’importantes démangeaisons.

Les Sentinelles de l’Estuaire tentent une expérimentation d’éco-pièges faits mains pour cet hiver. Si ces derniers sont efficaces, d’autres seront fabriqués l’an prochain.

Retrouvez l’ensemble des ateliers sur les chenilles processionnaires du pin sur la page « Ateliers Sentinelles »