Atelier « Visite-découverte pour présenter l’érosion de la falaise et de la dune »

Atelier Sentinelles du 22 janvier 2018

L’érosion du littoral, une visite-découverte des « sentinelles de l’estuaire »

Détachement progressif de blocs de falaises sur la plage du Veillon. Crédit photo : Johny Lenormand

Une quinzaine de « sentinelles de l’estuaire » se sont retrouvées par une belle après-midi ensoleillée, ce lundi 22 janvier, pour découvrir avec Jack Guichard et Céline Reuter les processus d’érosion de la côte talmondaise et de recul de la dune du Veillon.

Un groupe de Sentinelles, écoutant attentivement les explications de Jack Guichard.

Les falaises de granite, de gneiss et de schistes entre les Sables et Cayola résistent bien à l’érosion, tandis que les falaises calcaires surmontées de limons sablo-argileux de Bourgenay au Veillon se délitent en couches qui explosent sur l’effet des vagues accusant un recul moyen annuel de 25 cm, mais bien plus en certaines zones, en provoquant des effondrements du chemin des douaniers (voir la première photo).

Les observations effectuées sur le terrain ont permis de comprendre le rôle de la puissance des courants de houle et du déferlement des vagues qui sapent la base des falaises entraînant leur recul, tout comme celui de la dune.  Bien entendu les surcotes, qui peuvent atteindre 1,5 m, entraînent le recul le plus important du cordon dunaire. Des relevés sont effectués chaque mois par les « sentinelles de l’estuaire » pour vérifier, avec l’Université de Nantes, l’hypothèse selon laquelle la disparition en 2014-2016 du cordon dunaire qui fermait l’estuaire serait due à des tempêtes et une houle de sud-ouest en période de forts coefficient de marée, liés à une dépression atmosphérique importante.

Pour plus d’informations concernant le relevé du trait de côte, vous pouvez retrouver notre article sur la méthode utilisée sur notre site par le lien suivant : http://www.sentinelledelestuaire.fr/?p=488

Suite aux tempêtes, la dune du Veillon montre actuellement tous les aspects de l’érosion et du transport éolien du sable avec une augmentation de hauteur d’une partie de la dune et son extension vers l’Est repoussant le courant du chenal vers le milieu de l’estuaire. L’observation de l’importance du réseau racinaire des oyats permet de comprendre leur rôle pour le maintien du sable dans les zones exposées au vent.

Érosion de la dune due au vent et aux vagues. On voit bien ici les racines d’Oyats qui maintiennent un minimum la dune. Crédit photo – Jack Guichard

Merci à Robert, une sentinelle qui a réalisé un reportage photos de cette sortie. Vous pouvez le retrouver par le lien suivant, sur le blog « La gazette des Olonnes » : Reportage photo de l’érosion de la falaise du Veillon.

Vous pouvez rejoindre les « sentinelles de l’estuaire » en participant à notre prochaine sortie le 5 février à 14 h parking de la plage du Veillon pour une ballade découverte du Veillon à Bourgenay : traces de dinosaures et activités traditionnelles du littoral (pêcheries et conches).

Merci à Johny et Pascal pour leurs photos

dans la presse: Vendée Journal du 1/02/2018

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.