Échouage en masse de dauphins sur la côte vendéenne depuis le début de l’année

Vous en avez sans doute déjà entendu parlé durant ces derniers jours, ailleurs que par les « Sentinelles de l’Estuaire ». Depuis le début de l’année, un nombre très important de dauphins, en majorité des Dauphins communs, se sont échoués sur nos côtes. Vous le savez maintenant, en cas de découverte d’un animal échoué, qu’il faut immédiatement contacter l’Observatoire PELAGIS, qui font divers études sur les mammifères marins, dont sur les causes de ces nombreux échouages.

Femelle gestante de Dauphin commun échouée sur la plage des Goffineaux, avec des traces de prises dans un engin de pêche (trou d’usage d’une gaffe et queue coupée sans doute pour dégager l’animal du filet).

Sur l’année 2017, c’est plus de 800 dauphins qui s’étaient échoués sur la façade Atlantique française, dont plus de 60% sur les départements de la Vendée et de la Charente-Maritime. (Observatoire PELAGIS, 2017). Or, toujours d’après PELAGIS, dans 90% des cas, les animaux montraient des traces caractéristiques de captures dans des filets de pêche.

Ce phénomène n’est pas anodin puisqu’il correspond à plus de 30 fois au niveau normal d’échouages sur les côtes françaises.

Il est donc important de chercher et surtout de trouver des solutions, en concertation avec les pêcheurs. Il ne s’agit pas non plus de pointer du doigt tout un métier, mais plutôt des techniques de pêche, qui doivent à terme s’inscrire dans la philosophie actuelle de gestion durable des écosystèmes marins et de leurs resources.

Voici différents liens, d’ou sont tirés nos informations, si vous voulez en savoir plus sur le sujet.                                                        * Pêche au bar et échouages de dauphins en Charente et Vendée                                                        * Lien Sea Shepherd

Autres sources : L’œillet des dunes de Ré Nature Environnement

Document « Opération sentinelle » et planning en ligne

Bonjour à tous!

Vous trouverez dans l’onglet « DOCS », et ci-dessous, le document de présentation du projet d’observation régulière du littoral que je vous ai présenté le Lundi 12 mars.

Présentation « Opération Sentinelles »

Merci encore à tous pour votre intérêt et votre engagement au sein de ce projet!

Voici le lien pour le planning des observations : Ici

Nouvel échouage de Dauphin Commun

Hier, une Sentinelle nous a signalé la découverte d’un dauphin échoué au niveau de la Cale de la plage de la République, à Talmont Saint-Hilaire.

Photo du Dauphin Commun échoué à La République, Talmont Saint-Hilaire. © C.Chevillot.

Nous lui avons donc expliqué la démarche à suivre lors de la découverte d’un mammifère marin échoué, c’est à dire le signalement systématique de tout animal découvert, qu’il soit vivant ou mort, à l’organisme compétent, l’observatoire PELAGIS au  05.46.44.99.10.

Il est important d’avoir le réflexe d’appeler PELAGIS lors de la découverte d’un mammifère marin échoué car plus il y aura de données sur ces animaux, plus fiables seront les études menées afin de comprendre les causes de ces échouages et donc éventuellement de trouver des solutions pour pallier à ce problème, si la cause n’est pas « naturelle ».

Actualisation de l’information : La personne qui a découvert l’animal a contacté l’observatoire PELAGIS qui lui ont dit que l’animal avait dèjà été signalé et qu’ils étaient venus le chercher le matin. Durant son parcours, 4 dauphins échoués ont été aperçus!

Depuis le début de l’année, énormément de dauphins se sont échoués sur la côte Atlantique, nous sortirons bientôt un article sur ce phénomène, qui fait beaucoup parlé en ce moment dans les associations de protection de l’environnement marin.

En attendant, voici en lien un article sur le nombre important de dauphins échoués retrouvés ce lundi 12 mars sur le littoral vendéen.

Grande marée du 02 et 03 mars 2018

Suite à la grande marée du mois de mars, qui a eu lieu le vendredi 02 et le samedi 03 mars, nous vous avions lancé un appel pour aller prendre des photos de la dune du Veillon.

En effet, un policier municipal nous a fait savoir que le coup de vent associé à la grande marée, dans la nuit du vendredi au samedi, avait une nouvelle fois affecté la dune du Veillon.

Vous êtes nombreux à avoir répondu à notre appel et nous vous en remercions.

Photo de la dune vue d’en haut. © JP. Boeye

Suite au retour de toutes les photos et au déplacement sur place de Jack, nous n’avons pas constaté d’impact important de ce coup de vent. Malgré un brassage important de sable (comme vous pouvez le voir sur la vidéo de Johny Lenormand ci-dessous).

 

Ce qu’a cependant fait constater une des sentinelles, Emmanuel, est qu’il y a tout de même eu un déplacement important de sable à l’arrière des dunes, dans la forêt de chênes verts, sans doute dû à un couloir éolien assez violent (au niveau du surcreusement de la dune).

Dépôt de sable au pied des chênes verts, à l’arrière de la dune. © E. Gadrat

De plus, un cordon de sable, dans la continuité de la dune au niveau de l’estuaire, se forme petit à petit après chaque gros coup de vent et déplacement de sable, qui vient se déposer à cette endroit. Il s’agit du mouvement naturel de la dune, qui est en perpétuelle évolution.

Cordon de sable dans la continuité de la dune. © E.Gadrat

De plus, au niveau de la plage des grottes, côté jard Sur-Mer, la grande marée a semblé faire plus de « dégâts ». En effet, Emmanuel nous signale que le plateau sableux se situant avant l’ancienne carrière a été entamé et que cela a crée une petite « falaise » de 3 m de haut.

« Falaise » de 3m surplombant la plage. © E.Gadrat

Et enfin, un joli panoramique, que Jeanne-Marie nous a envoyé, de la dune du Veillon après la grande marée.

Encore merci à tou(te)s pour vos photos. Malheureusement nous ne pouvons pas mettre les photos de tout le monde et avons dû faire un choix.

Signalement d’un sentier non sécurisé

Un sentier non sécurisé nous a été signalé  par Jacques le 19 février. Il s’agit d’une barrière éventrée qui laisse libre passage sur la falaise, à 500 mètres environ de la plage de la mine en direction du Porteau.

Barrière cassée laissant libre accès à la falaise. © J.Michaud

Nous avons donc prévenu les services techniques de la mairie qui vont à leur tour prévenir les services de la voirie en charge de la sécurisation du sentier des douaniers sur la commune.

Signalement de déchets à Cayola

Jacques nous a signalé, lundi 19 février, lors de son parcours La Mine-Baie de Cayola, un regroupement de déchets en arrivant à Cayola.

Regroupement de déchets à Cayola. © J. Michaud

Jacques nous a suggéré la mise en place d’un bac à marée sur cette zone puisqu’il n’en n’existe pas encore.

Nous avons donc prévenu Monsieur Robbe, élu à l’environnement de Talmont Saint-Hilaire qui va faire remonter l’information aux services techniques et à la communauté de communes.

Nous vous tiendrons au courant de la suite dès que nous aurons des nouvelles.

Echouage d’un Dauphin pointe du Payré

Le 10 février, lors de son parcours régulier entre l’Anse Saint Nicolas et la Pointe du Payré, Pascal nous a envoyé la photo d’un Dauphin échoué prêt de celle-ci.

Vu son état de décomposition, l’animal devait être échoué depuis déjà un certain temps. L’Observatoire Pelagis avait déjà été prévenu de sa présence.

il s’agit vraisemblablement d’un Dauphin commun, au vu de sa tâche plus claire sur le ventre.

Photo de l’animal en décomposition prêt de la Pointe du Payré.

Le vent a bien attaqué la dune du Veillon cet hiver

Après l’érosion marine qui avait emporté plusieurs centaines de mètres de dunes en 2015 et 2016, cet hiver ce sont les vents de tempête d’ouest-nord-ouest qui ont attaqué ce qui restait de la dune du Veillon. Comme on le remarque en comparant ces vues aériennes de Robert Barzic prises en mai 2016 et début février 2018, l’érosion éolienne a raboté tout le flan sud de la dune côté plage et son sable a recouvert le lisière du bois du Veillon et surtout la dune grise coté anse du Payré, remblayant aussi l’anse qui se trouve à l’arrière, en repoussant le cours principal du chenal vers le centre de l’estuaire, et en créant un embryon de dune orienté vers le nord à son extrémité…

évolution de la dune du Veillon de 2014 à fev 2018 ©Robert Barzic

mai 2016 (© Robert Barzic)

 

 

fev 2018 (© Robert Barzic)

 

 

Vent malin…

Non il n’y a aucune sorcellerie qui a creusé cette étrange cavité circulaire de la dune qui nous est signalée par notre ami Johny.
Située à l’extrémité du cordon dunaire elle est probablement due à un double phénomène:
arrivée dans la partie supérieure du sable arraché à la dune par le vent venant du nord-ouest, donc de derrière, formation de sable arraché à la dune et non stabilisée qui s’est effondrée (on voit encore des fissures qui présagent un nouvel éboulement,
puis mouvement tourbillonnant du vent, classique après un obstacle (ici la dune) qui forme cette cavité circulaire. La vision du phénomène est accentué par l’ombre latérale portée par le soleil assez bas sur l’horizon et qui éclaire latéralement ce côté de la dune.

Encore quelques rafales de vent et… trois jours plus tard le trou s’est comblé…