Le Havre du Payré concourt pour devenir « Grand site national »

Les dunes du Veillon et l’estuaire du Payré concourent pour devenir « Grand site national ».

Le label Grand site de France est un label décerné par le ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie, qui vise à promouvoir la bonne conservation et la mise en valeur des sites naturels classés français de grande notoriété et de très forte fréquentation.

Vous trouverez des informations supplémentaires dans l’article du Journal des Sables.

L’article du Journal des Sables

La vidéo de candidature :

 

 

« Le littoral talmondais, une longue et passionnante histoire » de Jack Guichard

« Le littoral talmondais, une longue et passionnante histoire » de Jack Guichard.
 
Un guide pour découvrir le littoral Talmondais et son histoire, de la baie de Cayola à Saint-Vincent de Jard.
 
Vous y découvrirez :
– que les dinosaures hantaient jadis le Veillon,
– que les navires remontaient jusqu’au château de Talmont à l’époque de Richard Cœur de lion,
– que les moines ont modelé les paysages pour récolter l’or blanc,
– que pendant des siècles les populations locales ont vécu sur les conches et les pêcheries,
– que le littoral s’est considérablement modifié au gré des courants et des tempêtes…
 
En particulier vous comprendrez comment la dune du Veillon a été créée et s’est érodée ces dernières années.
 
Retrouvez ces ouvrages en vente notamment dans les locaux du G.a. Estuaire, rue de Louza, au Port de la Guittière

Plaque d’argile à la plage du Veillon

« Bonjour, en me promenant sur la plage du Veillon dimanche à marée basse, je suis tombée sur cette plaque d’argile non loin de l’épi rocheux au bout de la dune. Est-ce une formation géologique ancienne ? »

  

Réponse : « Avant la disparition du cordon dunaire, le chenal s’écoulait à cet endroit et son courant était freiné par l’épis rocheux. L’eau chargée d’argile en suspension était ralentie et les particules d’argiles tombaient au fond, y déposant une couche de vase. C’est celle-ci qui se redécouvre aujourd’hui au hasard des mouvements du sable dans l’estuaire. »

La fête des mares 2017

Dans le cadre de la « Fête des mares », organisée par la Société nationale de la protection de la nature, le Groupe Associatif Estuaire propose des animations gratuites sur le thème des libellules et de la mare ce samedi 10 juin 2017.

« Les Libellules et demoiselles carnassières de Talmont »

Laissez-vous surprendre et séduire… par les Libellules qui sont de redoutables prédateurs et des as de la voltige ! Accompagnés d’un spécialiste, partez à la découverte du monde de la mare.

Rejoignez-nous le 10 juin à 10h30 ou 16h00 à l’association Estuaire, Rue de Louza, 85440 Talmont-Saint-Hilaire. Réservation souhaitée au 02.51.20.74.85.

Vous remerciant par avance pour une éventuelle diffusion de l’information, nous nous tenons à votre disposition pour tout complément d’information.

Relevé du trait de côte

Comme à chaque grande marée des sentinelles de l’estuaire armés de leur smartphone-gps suivent le tracé des hautes mers en notant toutes les caractéristiques météo et maritimes (force et sens du vent, pression atmosphérique, sens de la houle, coefficient de marée).

 

 

Hier soir ils relevaient le tracé côté Veillon et ce matin dès 6 heures 30 ils étaient à pied d’oeuvre pour faire le relevé côté pointe du Payré. L’occasion de voir un magnifique lever de soleil dans les brumes matinales…

 

Coquilles de moules rejetées sur le rivage

« Bonjour,

J’ai trouvé des quantités de moules mortes rejetées sur le rivage au début du mois d’avril entre Jard-sur-Mer et Saint-Vincent-sur-Jard.

Auriez-vous une idée de la cause de ce phénomène ? Est-ce une pollution ou une maladie ? »

  

Réponse : « Aucune mortalité de moules n’a été constatée le mois dernier. Les coups de vents et tempêtes de cette hiver sont probablement la cause de leur arrivée sur la côte. Il s’agit vraisemblablement de moules mortes présentes sur les fonds marins depuis un certain temps et qui sont remontées sur le rivage suite aux tempêtes. »

 

Dragage du Port de Bourgenay

Si vous vous êtes baladés au port de Bourgenay, vous avez surement aperçu ce gros tuyau de dragage.

   

En effet, un port est un milieu propice à l’accumulation de sédiment. Si elle est trop importante, le fonctionnement du port peut en être affecté. Il faut alors éliminer ces sédiments. L’opération doit avoir lieu tous les 10 ans.

La mairie de Talmont-Saint-Hilaire a déjà réalisé le dragage de la moitié du port l’an dernier. Pour réaliser la seconde partie des travaux, la DDTM (Direction Départemental des Territoires et de la Mer) a demandé la réalisation d’une étude d’impact sur la faune et la flore au niveau de la zone de rejet.

Le Groupe Associatif Estuaire a été mandaté pour réaliser cette étude. Il s’agit d’un état des lieux de la faune et de la flore marines autour du point de rejet se situant sur l’estran rocheux, face à la pointe Napoléon, au sud du port. Cette étude a eu lieu début mars et sera renouvelée fin août pour évaluer l’impact du rejet des sédiments du port.

   

L’équipe du G.A.E. a inventorié tous les individus présents au sein de quadras d’un mètre carré. 6 placettes ont été réalisées sur l’estran rocheux et 5 placettes sur l’estran sableux.

Les éléments principalement retrouvés ont été :

  • des gibbules (umbilicalis et pennantis) ;
  • des lièvres de mer ;
  • des bernards l’hermite ;
  • des patelles ;
  • des anémones ;
  • des hermelles ;
  • différentes types d’algues.