Archives de catégorie : Dune

Le vent a bien attaqué la dune du Veillon cet hiver

Après l’érosion marine qui avait emporté plusieurs centaines de mètres de dunes en 2015 et 2016, cet hiver ce sont les vents de tempête d’ouest-nord-ouest qui ont attaqué ce qui restait de la dune du Veillon. Comme on le remarque en comparant ces vues aériennes de Robert Barzic prises en mai 2016 et début février 2018, l’érosion éolienne a raboté tout le flan sud de la dune côté plage et son sable a recouvert le lisière du bois du Veillon et surtout la dune grise coté anse du Payré, remblayant aussi l’anse qui se trouve à l’arrière, en repoussant le cours principal du chenal vers le centre de l’estuaire, et en créant un embryon de dune orienté vers le nord à son extrémité…

évolution de la dune du Veillon de 2014 à fev 2018 ©Robert Barzic

mai 2016 (© Robert Barzic)

 

 

fev 2018 (© Robert Barzic)

 

 

Vent malin…

Non il n’y a aucune sorcellerie qui a creusé cette étrange cavité circulaire de la dune qui nous est signalée par notre ami Johny.
Située à l’extrémité du cordon dunaire elle est probablement due à un double phénomène:
arrivée dans la partie supérieure du sable arraché à la dune par le vent venant du nord-ouest, donc de derrière, formation de sable arraché à la dune et non stabilisée qui s’est effondrée (on voit encore des fissures qui présagent un nouvel éboulement,
puis mouvement tourbillonnant du vent, classique après un obstacle (ici la dune) qui forme cette cavité circulaire. La vision du phénomène est accentué par l’ombre latérale portée par le soleil assez bas sur l’horizon et qui éclaire latéralement ce côté de la dune.

Encore quelques rafales de vent et… trois jours plus tard le trou s’est comblé…

Atelier « Visite-découverte pour présenter l’érosion de la falaise et de la dune »

Atelier Sentinelles du 22 janvier 2018

L’érosion du littoral, une visite-découverte des « sentinelles de l’estuaire »

Détachement progressif de blocs de falaises sur la plage du Veillon. Crédit photo : Johny Lenormand

Une quinzaine de « sentinelles de l’estuaire » se sont retrouvées par une belle après-midi ensoleillée, ce lundi 22 janvier, pour découvrir avec Jack Guichard et Céline Reuter les processus d’érosion de la côte talmondaise et de recul de la dune du Veillon.

Un groupe de Sentinelles, écoutant attentivement les explications de Jack Guichard.

Les falaises de granite, de gneiss et de schistes entre les Sables et Cayola résistent bien à l’érosion, tandis que les falaises calcaires surmontées de limons sablo-argileux de Bourgenay au Veillon se délitent en couches qui explosent sur l’effet des vagues accusant un recul moyen annuel de 25 cm, mais bien plus en certaines zones, en provoquant des effondrements du chemin des douaniers (voir la première photo).

Les observations effectuées sur le terrain ont permis de comprendre le rôle de la puissance des courants de houle et du déferlement des vagues qui sapent la base des falaises entraînant leur recul, tout comme celui de la dune.  Bien entendu les surcotes, qui peuvent atteindre 1,5 m, entraînent le recul le plus important du cordon dunaire. Des relevés sont effectués chaque mois par les « sentinelles de l’estuaire » pour vérifier, avec l’Université de Nantes, l’hypothèse selon laquelle la disparition en 2014-2016 du cordon dunaire qui fermait l’estuaire serait due à des tempêtes et une houle de sud-ouest en période de forts coefficient de marée, liés à une dépression atmosphérique importante.

Pour plus d’informations concernant le relevé du trait de côte, vous pouvez retrouver notre article sur la méthode utilisée sur notre site par le lien suivant : http://www.sentinelledelestuaire.fr/?p=488

Suite aux tempêtes, la dune du Veillon montre actuellement tous les aspects de l’érosion et du transport éolien du sable avec une augmentation de hauteur d’une partie de la dune et son extension vers l’Est repoussant le courant du chenal vers le milieu de l’estuaire. L’observation de l’importance du réseau racinaire des oyats permet de comprendre leur rôle pour le maintien du sable dans les zones exposées au vent.

Érosion de la dune due au vent et aux vagues. On voit bien ici les racines d’Oyats qui maintiennent un minimum la dune. Crédit photo – Jack Guichard

Merci à Robert, une sentinelle qui a réalisé un reportage photos de cette sortie. Vous pouvez le retrouver par le lien suivant, sur le blog « La gazette des Olonnes » : Reportage photo de l’érosion de la falaise du Veillon.

Vous pouvez rejoindre les « sentinelles de l’estuaire » en participant à notre prochaine sortie le 5 février à 14 h parking de la plage du Veillon pour une ballade découverte du Veillon à Bourgenay : traces de dinosaures et activités traditionnelles du littoral (pêcheries et conches).

Merci à Johny et Pascal pour leurs photos

dans la presse: Vendée Journal du 1/02/2018

Le Havre du Payré concourt pour devenir « Grand site national »

Les dunes du Veillon et l’estuaire du Payré concourent pour devenir « Grand site national ».

Le label Grand site de France est un label décerné par le ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie, qui vise à promouvoir la bonne conservation et la mise en valeur des sites naturels classés français de grande notoriété et de très forte fréquentation.

Vous trouverez des informations supplémentaires dans l’article du Journal des Sables.

L’article du Journal des Sables

La vidéo de candidature :

 

 

La tempête a attaqué l’entrée de la plage du Veillon

Mardi 28 février 2017

La plage du Veillon avait passé l’hiver dans de bonnes conditions, avec une grande étendue de sable étalée sur l’ensemble de la plage, y compris sur les anciennes pêcheries et les rochers.

Mais la tempête du 28 février a attaqué l’entrée de la plage du Veillon, mettant à nu les galets, en particulier à l’ouest.

Peu de recul du reste du la dune, seulement 50 cm à son extrémité côté chenal.

N’hésitez pas à réaliser des relevés du trait de côte lors des tempêtes hivernales et de nous les envoyer par mail.

protocole-releve-dune-veillon

Des chenilles en proccession

Ce jeudi matin a eu lieu la pose des éco-pièges à chenilles processionnaires du pin dans la dune du port de la Guittière. Et il était temps !

En effet, sur le chemin les Sentinelles ont croisé des chenilles déjà descendues de leur nid.

Ne les approchez pas de trop près, leurs poils urticants sont très volatils et provoquent d’importantes démangeaisons.

Les Sentinelles de l’Estuaire tentent une expérimentation d’éco-pièges faits mains pour cet hiver. Si ces derniers sont efficaces, d’autres seront fabriqués l’an prochain.

Retrouvez l’ensemble des ateliers sur les chenilles processionnaires du pin sur la page « Ateliers Sentinelles »

Atelier Sentinelles : Pose éco-pièges à chenilles

Atelier Sentinelles du 15 décembre 2016

« Pose des éco-pièges à chenilles processionnaires du pin »

Ce jeudi, quelques Sentinelles ont continué la chasse aux chenilles processionnaires en effectuant la pose des pièges fabriqués deux semaines plus tôt. Ces pièges encerclent le tronc des pins portant des nids de chenilles. Ces dernières sont guidées dans un sac lorsqu’elles descendent pour s’enfouir dans la terre pour passer l’hiver.

Un panneau a été placé à proximité pour expliquer la démarche de l’expérimentation aux passants et éviter que les curieux ne s’en approchent pas trop.

Les pièges seront surveillés durant l’hiver et retirés au début du printemps. Si l’expérience est fructueuse une nouvelle campagne de fabrication et de pose de piège sera proposée pour l’hiver 2017.

 

Atelier Sentinelles : Relevé du trait de côte

Atelier Sentinelles du 6 décembre 2016

« Formation au relevé du trait de côte de la dune du Veillon »

01ab

Photo : Robert Barzic

Le littoral est en constante évolution. Depuis quelques années la dune du Veillon est particulièrement malmenée par les tempêtes. La disparition de la dune s’est accélérée depuis 5 ans.

En liaison avec l’Institut de Géographie et d’Aménagement Régional de l’Université de Nantes les Sentinelles de l’Estuaire collectent des données afin d’effectuer une étude sur l’évolution de ce cordon dunaire et les hypothèses concernant les causes de son recul exceptionnel de ces dernières années. L’objectif du projet est de réaliser le relevé de la ligne des hautes eaux pour la marée ayant le plus grand coefficient de chaque mois. Le relevé se fait grâce à un smartphone muni d’un simple logiciel de randonnée avec un gps.

p1080041

Il suffit ensuite de marcher sur la limite maximale de montée des eaux.

p1080042

Un protocole est à votre disposition et demande également de relevés certains paramètres météorologiques comme la pression atmosphérique, le sens et la force des vents sur les deux jours précédents la grande marée.

 

Documents utiles :

les causes des surcotes et des décotes du niveau marin par rapport aux prévisions du calendrier des marées

Protocole relevé estuaire

La chasse aux chenilles processionnaires commence !

Cette après-midi 4 sentinelles se sont retrouvées pour fabriquer des éco-pièges à chenilles processionnaires du pin. Grâce à leur travail 6 pièges ont été construit suivant le tutoriel exposé lors de la présentation du 19 décembre.

p1080025

Ces pièges seront installés le 15 décembre et resteront en place jusqu’à fin avril pour piéger les chenilles descendant le long du tronc en allant s’enfouir dans le sol.

p1080028

En fonction de la réussite des pièges (qui sont tous un peu différents de part les matériaux utilisés) des préconisations pour réitérer l’expérience l’année prochaine seront données.

N’hésitez pas à vous joindre à eux jeudi 15 décembre à 10h pour les aider à installer les pièges.