Archives de l’auteur : Céline Reuter

Sortie « Découverte du Bois du Veillon »

Ce Dimanche 29 Juillet, Jack Guichard à conduit une vingtaine de sentinelles de l’estuaire dans une découverte du bois du Veillon. Depuis la dune et son érosion par la mer, mais aussi sa migration au gré des vents vers la forêt et ses plantes qui la colonisent et la protègent… en passant par les chênes verts aux formes étranges où il a fait revivre la légende de la dame blanche… notre guide nous a entrainé à connaitre les plantes méditerranéennes qui peuplent les lisières de la forêt et les différents étages des plantes qui bordent le chenal.

La visite s’est terminée par la découverte de la petite chapelle en ruine cachée dans la forêt et l’histoire de la fontaine face au chateau de l’Evaillon.

Copyright, Johny Lenormand

Sortie « Découverte de la gestion des dunes du Port de la Guittière »

Lundi 9 juillet, les Sentinelles ont pu découvrir l’histoire de la Gestion des dunes du port de la Guittière.

Les Sentinelles découvrant les Dunes du Port de la Guittière.

Après une présentation historique des dunes par Daniel Verfaillie, au frais, dans les locaux de l’association. Toute l’équipe est allée sur le terrain afin de visiter les dunes et de constater concrètement les actions de gestion effectuées.

Les dunes du Port de la Guittière sont gérées par le Groupe Associatif Estuaire depuis l’année 2008 par une convention de gestion avec la commune de Talmont-Saint-Hilaire, propriétaire de celles-ci.

Plusieurs actions de gestion sont donc effectuées chaque année pour préserver les habitats, comme la dune grise par exemple (la dune couverte par une végétation herbacée), qui est un habitat d’intérêt communautaire prioritaire.

Vous pourrez découvrir certaines de ces actions de gestion lors de nos différents ateliers cet été, la prochaine aura lieu le jeudi 19 juillet et concernera l’ouverture du milieu ! 

La Linaire des sables, petite plante discrète des dunes.

 

Linaria arenaria, © Johny Lenormand

 

Entre mai et septembre, ouvrez bien les yeux et peut être aurez-vous la chance d’apercevoir la Linaire des sables, Linaria arenaria ! Cette petite fleur jaune, endémique au littoral occidental, est assez rare et discrète. Protégée à l’échelle régionale, la Linaire est une plante fragile et son aire générale est très réduite.

Elle mesure au maximum 15 cm et ne vit que quelques mois dans l’année. Cette petite plante apprécie particulièrement les zones de sable remuées et fréquentées. Vous pourrez l’observer dans les Dunes du port de la Guittière.

Petite astuce : jetez un coup d’œil au voisinage des terriers de lapins.

La piéride de l’Aubépine, ou le « Gazé »

Un Gazé sur un Trifolium pratense © S. Varizat

Le Gazé ou Aporia Crataegi tire son nom de l’aspect de ses ailes qui ressemblent à de la gaze, une étoffe légère, ajourée et transparente. Aussi appelée Piéride de l’aubépine du fait que les chenilles vivent en groupe sur l’Aubépine, le Prunellier ainsi que sur divers arbres fruitiers, elles passent l’hiver en société sous une toile de soie. Avec une envergure de 58 à 66 mm, il est l’une des plus grande Piérides de France avec la Piéride du Chou.

Il se reconnaît facilement par l’absence totale de dessins alaires, le bout des antennes blanches, ainsi qu’à ses nervures noires. La femelle est plus terne que le mâle, avec les ailes antérieures plus translucides.

Le gazé ne donne qu’une seule génération annuelle, s’étalant de Mai à Juillet. Autrefois très commun, et souvent nuisible aux vergers, le Gazé tend de nos jours à se raréfier. Certes ce papillon est connu pour ses déconcertantes fluctuations d’effectifs, au point de pouvoir devenir introuvable là où il abondait, et de réapparaître là où il avait disparu, mais les causes majeures de sa régression ne lui sont pas spécifiques car elles touchent et impactent l’ensemble de notre entomofaune (pesticides, urbanisation, pollutions, pratiques agricoles et forestières, etc.).

 

Merci à Yanick pour son article!

Journée nature de Talmont Saint-Hilaire

Ce dimanche 3 Juin 2018 se tenait à Talmont-Saint-Hilaire la 2° édition de la Fête de la Nature. Au programme, célébration de la nature via la présentation de produits locaux d’origine biologique, de conseils jardinage, mais également de jeux et d’expositions artistiques.

Investie dans la préservation de la biodiversité et dans l’éducation à l’environnement, le Groupe Associatif Estuaire ne pouvait pas manquer ce rendez-vous. Vous avez ainsi pu rencontrer Céline, Clarysse et Adeline qui vont ont présenté quelques-unes des actions menées par les membres et les bénévoles de l’association, notamment l’étude des populations de hérissons, de vers-luisant et de bourdons.

Clarysse et Céline, attendant les nombreux visiteurs sur leur stand

La journée a également été ponctuée par une déambulation dans les rues de Talmont, animée par Clarysse et Damien (responsabe des espaces verts de Talmont-Saint-Hilaire) à la découverte de l’exposition photo « Sauvages des Rues » que vous pouvez découvrir jusqu’au 28 juin. A l’honneur, les « mauvaises » herbes si peu estimées et pourtant si importantes.

Clarysse et Damien, écoutés attentivement par leur public

Succès garantit pour cette journée ensoleillée, avec plus de 1600 visiteurs amoureux de la nature … rendez-vous l’année prochaine !

 

Merci à Adeline pour son article!

Conférence « Découverte des projets odonates et rhopalocères du GAE »

Lundi dernier, les Sentinelles de l’Estuaire ont assisté à une conférence portant sur les libellules et les papillons de Vendée, présentée par Line et Yanick.

Line captivant le public très attentif

Depuis plusieurs années, le Groupe Associatif Estuaire réalise des études sur les odonates (libellules et demoiselles) et les Rhopalocères (papillons de « jour »). Ces insectes fragiles sont de très bons indicateurs de la qualité d’un milieu.

Line, stagiaire au groupe associatif, nous a tout d’abord fait découvrir les odonates de la région, le protocole pour les observer ainsi que leur importance pour la gestion et la conservation des mares. La conférence continua ensuite sur une présentation des Rhopalocères exposée par Yanick, également stagiaire au groupe associatif.

Dans un second temps, les Sentinelles ont pu tester leur dextérité et appliquer ce qu’ils ont appris, à travers une chasse aux libellules et aux papillons aux abords de la mare à côté du local de l’association.

Merci à eux pour leur présentation et leur écoute !!

Les Sentinelles partent à la chasse aux papillons et aux libellules

Observation d’un Magnolia jortina

 

Merci à Gaëlle pour son article !

Sortie « Découverte de l’étude sur les hyménoptères des dunes du port »

Lundi, les Sentinelles ont découverts, présenté par Gaëlle et Aloïs, le programme sur les hyménoptères du port de la Guittière.

Aloïs, écouté attentivement par les Sentinelles

Depuis 2015, une étude régulière sur les hyménoptères solitaires et fouisseurs est en cours dans les dunes du port de la Guittière. Chaque année, plusieurs stagiaires, accompagnés d’une personne de l’association, mettent en place des protocoles afin de mieux connaitre ces petites bêtes très utiles à la biodiversité.

Depuis 2016, 10 nichoirs à hyménoptères solitaires sont posés sur les dunes grises du port afin de tester différents facteurs dans le but de mettre en place un nichoir type optimal, qui s’adapterait dans le milieu et serait efficace pour l’accueil de ses hôtes.

Gaëlle et Aloïs nous ont donc expliqué leur quotidien à l’association, entre la mise en place des protocoles, les données récoltées sur le terrain et l’analyse des résultats. Tout ceci durant une balade à travers les dunes du port, ponctuées par des arrêts fréquents pour observer la faune et la flore présente.

Merci à eux pour leur intervention!

 

Conférence du 25 mai 2018, découverte des plantes invasives de Vendée

Vendredi dernier, Philippe Levé nous a présenté les différentes plantes invasives de Vendée, à la Salorge de la Guittière.

Les Sentinelles, passionnées par les explications de Philippe Levé.

Philippe Levé, saulnier dans les marais de la Guittière mais également très bon botaniste, effectue des relevés de plantes invasives sur le territoire. Il nous a donc présenté les différentes plantes que nous pouvons rencontrer autour de nous, voire dans notre jardin (car pour la plupart d’entre elles, elles s’en s’ont échappées), qu’elles soient invasives avérées, potentielles ou à surveiller.

En voici les 4 principales (avérées), dont il faut faire attention à la dissémination :

  • Le Baccharis hamilifolia, appelé plus communément le Sénéçon en arbre.
  • Cortaderia selloana, ou l’Herbe de la Pampa.
  • Ludwigia peploides, la Jussie rampante, la seule espèce invasive interdite à la vente en France.
  • Fallopia japonica, ou Renouée du Japon.

Vous pouvez participer à l’inventaire des ces plantes invasives et ainsi aider à les recenser en remplissant le formulaire ci-joint. Une fois rempli, merci de le renvoyer par mail à Philippe Levé (l’adresse mail est donnée dans le document).

Vous pouvez également nous faire part de votre « découverte » en nous envoyant des informations et des photos par mail. Nous pourrons ainsi proposer des opérations « coup de poing » d’arrachage sur certaines zones.

Afin de vous aider dans les identifications des plantes, des fiches par plante invasive les plus courantes sur le territoire seront bientôt mises en ligne.

Merci par avance pour votre participation!

 

L’Oeillet des dunes, la perle rare du littoral

Oeillet des dunes – Dianthus gallicus. Merci à Johny Lenormand pour sa magnifique photo

En vous promenant dans les dunes du port ou sur le littoral Talmondais, vous remarquerez en ce moment une jolie petite fleur rose, il s’agit de l’Oeillet des dunes, Dianthus gallicus en latin. Rassurez-vous, vous avez encore le temps pour l’observer, elle peut rester en fleur jusque début septembre.

Approchez-vous et profitez de son parfum agréable, mais attention, ne la touchez qu’avec les yeux car cette petite plante est protégée au niveau national, il est donc interdit de la cueillir.

En effet, elle est endémique (uniquement présente) sur les côtes atlantiques françaises. Malgré le fait qu’elle soit encore assez présente sur le littoral, elle est victime de la dégradation des habitats dunaires et de son succès par la cueillette abusive.

 

Sortie du 14 mai, Atelier macrophoto sur le terrain

Lundi 14 mai, les sentinelles ont (enfin) pu mettre en pratique leur talent de « macrophotographe », suite à l’atelier macrophoto présenté par Johny Lenormand en février.

 

A la recherche du modèle parfait à photographier

Un petit groupe de 7 personnes est donc parti dans les dunes du port, à la recherche de joli(e) petits modèles à immortaliser en photo.

En voici un petit échantillon :

Sedum album © C. Cauvin

Anacamptis pyramidalis © J.Lenormand

 

Tettigonidae (sauterelle) sur un Cistus salvifolius (plante protégée). © J. Guichard

Bravo à tous pour vos jolies photos!