Archives de catégorie : Littoral

Nouvelle mission pour les Sentinelles : Nettoyage de côte !

© Jonhy Lenormand

Ce samedi 17 novembre 2018, les Sentinelles de l’estuaire ont participé à un nettoyage de la berge sud de l’estuaire du Payré. Nous avions repéré la zone allant de la pointe du Payré jusqu’en face du Port de la Guittière. Beaucoup de déchets ont été rejetés sur ces berges à la suite de grandes marées. Une quinzaine de participants se sont rassemblés et ont tous collaboré pour y ramasser tous les détritus présents : plastiques variés, polystyrènes, bidons, filets, cordages et même une ancienne roue.

© Jack Guichard

Les bénévoles, très motivés, ont participé à la balade de trente minutes pour accéder à l’anse du Berger à travers le bois de la pointe du Payré ; c’est une zone plus difficile d’accès, car il faut faire le grand tour depuis le parking de la plage de la mine de Jard pour y accéder. Après une heure et demie de ramassage, nous avons accumulé une masse de déchets conséquente, ensuite évacuée vers la déchetterie. La ville de Jard avait fourni des sacs pour le ramassage. Cette opération sera réitérée au début du printemps après les tempêtes hivernales.

© Johny Lenormand

Pour plus d’informations, n’hésitez pas à nous contacter par mail à sentinelle@estuaire.net ou par téléphone au 02-51-20-74-85.

Sortie « Pêche à pied »

Lundi 8 octobre, les Sentinelles sont allées à la découverte de la biodiversité de l’estran du Veillon… Et nous avons été servis !

En effet, nous avons eu la chance de découvrir une grande variété d’espèces : étoile de mer commune, anémone fraise, oursin vert, étrille, crabe pierre, crabe à tête carrée et crabe verruqueux. Nous avons également pu observer un lièvre de mer en pleine ponte, mais aussi deux crustacés que la plupart d’entre nous n’avions jamais vus auparavant : macropode (photo de gauche) et pise à 4 dents (photo de droite).

      

Après avoir regroupé plusieurs espèces, nous les avons identifiées ensemble. Cette visite s’est terminée sous un grand ciel bleu et tous les animaux ont été relâchés dans leur milieu naturel.

Merci à Jack Guichard et Robert Barzic pour les photos.

Sortie « Découverte du Bois du Veillon »

Ce Dimanche 29 Juillet, Jack Guichard à conduit une vingtaine de sentinelles de l’estuaire dans une découverte du bois du Veillon. Depuis la dune et son érosion par la mer, mais aussi sa migration au gré des vents vers la forêt et ses plantes qui la colonisent et la protègent… en passant par les chênes verts aux formes étranges où il a fait revivre la légende de la dame blanche… notre guide nous a entrainé à connaitre les plantes méditerranéennes qui peuplent les lisières de la forêt et les différents étages des plantes qui bordent le chenal.

La visite s’est terminée par la découverte de la petite chapelle en ruine cachée dans la forêt et l’histoire de la fontaine face au chateau de l’Evaillon.

Copyright, Johny Lenormand

Sortie « Découverte de la gestion des dunes du Port de la Guittière »

Lundi 9 juillet, les Sentinelles ont pu découvrir l’histoire de la Gestion des dunes du port de la Guittière.

Les Sentinelles découvrant les Dunes du Port de la Guittière.

Après une présentation historique des dunes par Daniel Verfaillie, au frais, dans les locaux de l’association. Toute l’équipe est allée sur le terrain afin de visiter les dunes et de constater concrètement les actions de gestion effectuées.

Les dunes du Port de la Guittière sont gérées par le Groupe Associatif Estuaire depuis l’année 2008 par une convention de gestion avec la commune de Talmont-Saint-Hilaire, propriétaire de celles-ci.

Plusieurs actions de gestion sont donc effectuées chaque année pour préserver les habitats, comme la dune grise par exemple (la dune couverte par une végétation herbacée), qui est un habitat d’intérêt communautaire prioritaire.

Vous pourrez découvrir certaines de ces actions de gestion lors de nos différents ateliers cet été, la prochaine aura lieu le jeudi 19 juillet et concernera l’ouverture du milieu ! 

La Linaire des sables, petite plante discrète des dunes.

 

Linaria arenaria, © Johny Lenormand

 

Entre mai et septembre, ouvrez bien les yeux et peut être aurez-vous la chance d’apercevoir la Linaire des sables, Linaria arenaria ! Cette petite fleur jaune, endémique au littoral occidental, est assez rare et discrète. Protégée à l’échelle régionale, la Linaire est une plante fragile et son aire générale est très réduite.

Elle mesure au maximum 15 cm et ne vit que quelques mois dans l’année. Cette petite plante apprécie particulièrement les zones de sable remuées et fréquentées. Vous pourrez l’observer dans les Dunes du port de la Guittière.

Petite astuce : jetez un coup d’œil au voisinage des terriers de lapins.

Conférence du 25 mai 2018, découverte des plantes invasives de Vendée

Vendredi dernier, Philippe Levé nous a présenté les différentes plantes invasives de Vendée, à la Salorge de la Guittière.

Les Sentinelles, passionnées par les explications de Philippe Levé.

Philippe Levé, saulnier dans les marais de la Guittière mais également très bon botaniste, effectue des relevés de plantes invasives sur le territoire. Il nous a donc présenté les différentes plantes que nous pouvons rencontrer autour de nous, voire dans notre jardin (car pour la plupart d’entre elles, elles s’en s’ont échappées), qu’elles soient invasives avérées, potentielles ou à surveiller.

En voici les 4 principales (avérées), dont il faut faire attention à la dissémination :

  • Le Baccharis hamilifolia, appelé plus communément le Sénéçon en arbre.
  • Cortaderia selloana, ou l’Herbe de la Pampa.
  • Ludwigia peploides, la Jussie rampante, la seule espèce invasive interdite à la vente en France.
  • Fallopia japonica, ou Renouée du Japon.

Vous pouvez participer à l’inventaire des ces plantes invasives et ainsi aider à les recenser en remplissant le formulaire ci-joint. Une fois rempli, merci de le renvoyer par mail à Philippe Levé (l’adresse mail est donnée dans le document).

Vous pouvez également nous faire part de votre « découverte » en nous envoyant des informations et des photos par mail. Nous pourrons ainsi proposer des opérations « coup de poing » d’arrachage sur certaines zones.

Afin de vous aider dans les identifications des plantes, des fiches par plante invasive les plus courantes sur le territoire seront bientôt mises en ligne.

Merci par avance pour votre participation!

 

L’Oeillet des dunes, la perle rare du littoral

Oeillet des dunes – Dianthus gallicus. Merci à Johny Lenormand pour sa magnifique photo

En vous promenant dans les dunes du port ou sur le littoral Talmondais, vous remarquerez en ce moment une jolie petite fleur rose, il s’agit de l’Oeillet des dunes, Dianthus gallicus en latin. Rassurez-vous, vous avez encore le temps pour l’observer, elle peut rester en fleur jusque début septembre.

Approchez-vous et profitez de son parfum agréable, mais attention, ne la touchez qu’avec les yeux car cette petite plante est protégée au niveau national, il est donc interdit de la cueillir.

En effet, elle est endémique (uniquement présente) sur les côtes atlantiques françaises. Malgré le fait qu’elle soit encore assez présente sur le littoral, elle est victime de la dégradation des habitats dunaires et de son succès par la cueillette abusive.

 

Avec le printemps, le gazon d’olympe fleurit les falaises de Cayola

Avec le printemps, être sentinelle de l’estuaire, consiste aussi à signaler la floraison de jolies plantes de la côte. En ce moment  les falaises de Cayola, côté corps de garde, sont couvertes de gazon d’olympe en fleur. Son nom scientifique est Armérie maritime (Armeria maritima). Elle est aussi appelée oeillet marin. C’est une plante en coussinet avec de jolies fleurs en boules roses, et avec de fines feuilles allongées qui forment un tapis comme du gazon en haut de la falaise. Son nom vient du celte ar mor, au bord de mer. Ces falaises sont régulièrement aspergées par les embruns, soumises aux vents violents. Aussi les plantes doivent supporter des concentrations de sel considérables, résister à la fois aux tempêtes d’hiver et à la sécheresse de l’été, d’où leurs petites feuilles épaisses et la forme en boule que prennent les plantes pour réduire la surface des feuilles exposée aux vents.